SOURCES DOCUMENTAIRES

J’ai utilisé les ouvrages, articles et sites de références qui suivent pour enrichir ce blog.

LIVRES

the-babylonian-gilgamesh

The Babylonian Gilgamesh Epic, Introduction, critical edition and cuneiform texts (Vol. I & 2), de Andrew R. George, Oxford University Press, 2003, 1184 p., en Anglais.
Largement commenté en page d’ouverture, c’est le livre de référence qui m’a donné l’idée d’ouvrir ce blog. Ces deux volumes nous présentent les textes originels et chaque passage, chaque expression, voire chaque lacune est annoté, expliqué, justifié. Sous son enrobage savant, il s’avère tout à fait accessible et enrichissant. Cerise sur le gâteau : j’ai beaucoup apprécié le ton et la pertinence des remarques de A. R. George quant aux opinions de ses prédécesseurs et confrères. Les notes en bas de pages sont légions, ses propres convictions sont très argumentées et les multiples interprétations de tel ou tel passage amplement commentées. En définitive, c’est donc exactement le type d’ouvrage que j’attendais pour approfondir la question.

the-epic-of-gilgamesh
The Epic of Gilgamesh, a new translation, Anonymes, Textes traduit et présentés par Andrew R. George, Penguin Classics, 2000, 228 p., en Anglais.
C’est en quelque sorte l’ouvrage préparatoire du précédent, un peu plus grand-public, mais non moins érudit (certains passages se retrouvent d’ailleurs in extenso dans The Babylonian Gilgamesh Epic). Il est aussi très précieux pour les traductions de textes qui ne sont que succinctement présentés dans la somme de 2003, en particulier les Poèmes sumériens de Gilgamesh.

bottero-epopee
L’épopée de Gilgames, le grand homme qui ne voulait pas mourrir, Anonymes, Textes traduit et présentés par Jean Bottéro, Gallimard, 1992, 304 p.
L’ouvrage de référence de l’une des grandes figures de l’assyriologie française. Certes, il date un peu, et je trouve personnellement le style de Bottéro un peu ampoulé. Mais la richesse de ses commentaires et ses précieuses traductions sont indispensables pour apprécier l’Épopée dans notre langue. Sans compter que c’est avec ses autres ouvrages que j’ai commencé mon initiation personnelle au domaine, et je ne l’en remercierai jamais assez.

tscouvL’épopée de Gilgamesh, de Raymond Jacques Tournay et Aaron Shaffer, Cerf, 1994, 320 p.
Un précieux ouvrage, souvent cité par de nombreux assyriologues, mais qui n’est hélas plus édité. Quelques rares exemplaires d’occasion restent néanmoins disponibles sur Amazon (sept. 2016). Comme chez Bottéro, la traduction de l’Épopée par Tournay et Shaffer est également enrichie de très nombreux commentaires. C’est en outre le seul livre qui propose un traduction in extenso (du moins avec les éléments connus de l’époque) d’autres textes relatifs à Gilgamesh, en particulier les deux récits sumériens de Gilgamesh et Agga et Gilgamesh et Huwawa. Faute de réédition du livre, j’ai donc choisi de reproduire ces précieuses traductions en français sur ce blog.

_57• Gilgameš et la Mort, Textes de Tell Haddad VI, avec un appendice sur les textes funéraires sumériens, Antoine Cavigneaux et Farouk Al-Rawi, Cuneiform Monographs 19, Styx Publications, Groningen, 2000, 116 p.
Une petite pépite, ce livre ! D’abord par sa rareté : il est quasi introuvable. Surtout parce que les auteurs y ont fait une étude exhaustive de Gilgamesh et la Mort qui sert depuis de référence à quantité de spécialistes du monde entier. Comme d’habitude, les commentaires sont légion et le moindre fragment est exploité jusqu’à la lie. Je rajoute ce commentaire très personnel : quand on s’intéresse à Gilgamesh, ce texte est particulièrement touchant puisqu’il raconte ses derniers instants, ses funérailles… et ce qu’il advient au héros après sa mort. Non seulement le texte est beau mais, à le lire, j’ai ressenti une certaine mélancolie, la perte d’un héros cher. Je vous en laisse seul juge en le découvrant dans l’article de ce blog consacré à Gilgamesh et la Mort.

51oel8i2zhl-_sx302_bo1204203200_  41yahl09ial-_sx302_bo1204203200_  2q  kramer

Mésopotamie, L’écriture, la raison et les dieux, Jean Bottéro, Folio, 1997, 560 p.
La plus vieille religion, en Mésopotamie, Jean Bottéro, Folio, 1998, 448 p.
Il était une fois la Mésopotamie, Jean Bottéro et Marie-Joseph Stève, Découvertes Gallimard, 2009, 160 p.
L’histoire commence à Sumer, Samuel Noah Kramer, Flammarion, nouvelle édition augmentée de 1975, 316 p.

Trois ouvrages de Jean Bottéro et l’incontournable Kramer — qui fut la porte d’entrée sur l’assyriologie pour quantité d’amateurs. Des livres assez utiles pour partir à la découverte de la Mésopotamie. Ils ne sont pas centrés sur la figure de Gilgamesh, mais permettent d’approfondir le contexte de l’Épopée.

ARTICLES
  • What’s new in the Gilgamesh epic ? Andrew George (2004), Sumer, 51 (20. pp. 90-103), disponible ici.

  • Back to the Cedar Forest : The beginning and end of Tablet V of the Standard Babylonian Epic of Gilgameš, Andrew George et Farouk N. H. Al-Rawi, Journal of Cuneiform Studies, 66 (2014), pp. 69-90, disponible ici.

  • La fin de Gilgameš, Enkidu et les Enfers d’après les manuscrits d’Ur et de Meturan (Textes de Tell Haddad VIII), Antoine Cavigneaux and Farouk Al-Rawi, Iraq Vol. 62 (2000), pp. 1-19, disponible ici.

  • Gilgameš et Taureau de ciel (šul-mè-kam) (Textes de Tell Haddad IV), Antoine Cavigneaux et Farouk N. H. Al-Rawi, Revue d’Assyriologie et d’archéologie orientale Vol. 87, No. 2 (1993), pp. 97-129, disponible ici.

  • The Death of Gilgamesh, Samuel Noah Kramer, Bulletin of the American Schools of Oriental Research (BASOR) n°94, 1944, pp.2-12, disponible ici.

  • La descente aux EnfersLa mort en Mésopotamie d’après quelques textes littéraires (IIIeIIe millénaire avant notre ère), Elvire Gagneur (2006), Hypothèses 2007/1 (10) (pp. 123-132), Publications de la Sorbonne, disponible ici.

SITES DE RÉFÉRENCE
  • CDLI (Cuneiform Digital Library Initiative) : Le site de référence pour tout ce qui touche à l’écriture cunéiforme. La liste des universités, musées et groupes de recherches impliqués est trop longue pour être citée et la navigation entre les différents fonds donne parfois le vertige. Pour l’exemple, la simple recherche de la translitération [BIL3.GA.MES] livre 252 occurrences dans 216 textes (sept. 2016). Pour chaque texte, on accède à des photos haute-définition, à sa translitération et, beaucoup plus rarement, à sa traduction. J’ai donc choisi, dans ce blog, de donner pour chaque source ancienne un lien vers sa page de référence dans le CDLI, ainsi qu’un lien vers la photo haute-définition (quand elle existe).

  • SOAS Research Online : De nombreuses publications sont accessibles sur cette section de recherche de la School of Oriental and African Studies – University of London.

  • ETCSL (Electronic Text Corpus of Sumerian Literature) : Le site du passionnant projet qui visait à créer une bibliothèque numérique de quelque 400 textes sumériens. Soutenu par l’Université d’Oxford et d’autres de 1997 à 2006 (voir ici), il propose conjointement leurs translitération et traductions en s’appuyant sur des sources de référence. La version 2 du site est plus complète, mais la version 1 plus facile à naviguer. Et voici le lien direct vers le corpus consacré à Gilgamesh. À noter que les textes traduits de l’ETCSL sont en cours de migration vers la CDLI (voir plus haut).

  • AWDL (Ancien World Digital Library) : Propose un accès à des ouvrages et des collections de publications spécialisées difficilement trouvables ailleurs.

SITES DIVERS

Les sites suivants ne servent pas de références à ce blog, mais peuvent apporter un éclairage intéressant sur la Mésopotamie ou des textes n’appartenant pas au corpus de Gilgamesh.

  • Academy for Ancient Texts propose des traductions (en Anglais) de certains textes mésopotamiens (Enuma Elish, Code d’Hammurabi, etc.).
  • Une épopée babylonienne, de l’abbé Sauveplane, est une curiosité puisqu’il s’agit de l’une des premières présentations et traductions en français de l’Épopée qui date de… 1893.
  • Mésopotamie (Antikforever) et Mésopotamie (Cliolamuse) proposent d’utiles synthèses (bibliographies à l’appui) sur les peuples et les sites de l’ancienne Mésopotamie.
  • Mésopotamie : un site appréciable car il propose des présentations animées de certains sujets, notamment une chronologie interactive bien faite.
Publicités